22 novembre 2020 : Rotation des parcelles

Publié par amandinedujardin le

Le 22 novembre 2020, chaque jardinier s’est vu attribuer par tirage au sort en direct sur Zoom, une nouvelle parcelle!
Ce sujet a été de nombreuses fois débattu lors des assemblées générales depuis la création du jardin. C’est la première année que toutes les parcelles ont changé de jardinier en même temps. 

Pourquoi cette rotation ?

– Afin d’éviter que chacun ne s’approprie un lieu du jardin et qu’il reste partagé par tous
– Par soucis d’équité pour tous ceux qui ont une parcelle ombragée sous les arbres ou sous les épines de sapin
– Pour créer de l’échange, du lien social et du partage de connaissances.

Jusqu’au 22/11/20 les jardiniers ont cultivé leur parcelle. Ils ont ensuite pu faire le choix de “déménager” les plantes d’une parcelle à l’autre à partir du 23/11/20 OU de les laisser au bon soin de leur successeur. Les jardiniers ont pris le temps de discuter entre eux pour se mettre d’accord sur le délai dont chacun avait besoin pour changer de parcelle.

Comment les parcelles sont-elles attribuées ?

Les 4 bacs de l’allée centrale plus hauts, sont réservés aux personnes ayant des difficultés de santé les empêchant de se baisser. Les parcelles collectives et les Vertica sont cultivés en concertation par des groupes de jardiniers motivés pour partager leur connaissances. Certains jardiniers cultivent une demi-parcelle. D’autres parcelles sont cultivées par des associations de quartier. Une liste d’attente est mise à jour régulièrement afin qu’aucune parcelle ne reste abandonnée.

Pour comprendre le fonctionnement du jardin, voici quelques précisions sur les différents jardins communautaires :

–   jardins ouvriers: Les jardins ouvriers sont créés en 1896 par l’abbé Jules-Auguste Lemire (1853-1928), à l’époque député-maire chrétien d’Hazebrouck en Flandre Française (Nord), dans le but d’améliorer le sort des ouvriers grâce à la mise à disposition d’une parcelle par les municipalités qui serait vouée aux cultures potagères.

–  jardins familiaux : Après la Seconde Guerre Mondiale, les jardins ouvriers sont devenus des jardins familiaux car la mise à disposition de parcelles de terrain s’est ouverte à d’autres catégories socioprofessionnelles. L’appellation a changé mais l’objectif est resté le même à savoir disposer, moyennant une redevance annuelle, d’un jardin familial pour les loisirs, la culture de fleurs, fruits et légumes de son choix en excluant tout usage commercial.

Jardins partagés : En 2014, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a donné une définition officielle aux jardins partagés : “On entend par jardins partagés les jardins créés ou animés collectivement, ayant pour objet de développer des liens sociaux de proximité par le biais d’activités sociales, culturelles ou éducatives et étant accessibles au public”. Prenant modèle sur les community gardens de New York, les plus grandes métropoles du monde entier se sont tournées à la fin des années 1990 vers ces formes de réhabilitation de terrains abandonnés, gérés en commun par des groupes d’habitants.

Voici 2 articles à lire intéressant à ce sujet: https://jardinage.lemonde.fr/dossier-779-solutions-jardin-ville-ouvrier-partage.html et https://jardinage.lemonde.fr/dossier-45-jardins-ouvriers.html

Ceci explique en partie le désir des adhérents de maintenir une rotation des parcelles : développer du lien entre les personnes et ne pas rester chacun dans son coin de parcelle !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.