Cartographie sensible du quartier

Publié par sandrine saule le

Cartographie sensible, kesako ? Un projet collectif, en partenariat avec le Claje pour voir notre quartier autrement. De manière sensible, c’est-à-dire au sens étymologique, ce qui est perçu par nos sens : nos représentations visuelles, olfactives, sonores, tactiles. Le lien est également direct avec nos émotions, mais aussi notre imagination, nos envies, nos souvenirs et nos expériences et pratiques très concrètes du territoire que nous sillonnons jour après jour, pour certain·e·s depuis des années, voire des décennies.

La première rencontre du groupe a eu lieu le samedi 6 mars au café Maya et nous avons commencé à imaginer les contours de notre déambulation ludique dans le quartier.

Appréhender un espace en prêtant attention aux données sensibles leur environnement, partager une géographie expériencielle : les sons, les odeurs, les ambiances, leur corps en mouvement, leurs usages de l’espace ou les usages différenciés qu’en font les uns et les autres. Elle permet ainsi de faire émerger des savoirs d’expérience.

Nous avons fait le choix de produire une carte sensible collective, de manière participative : un petit groupe de baleinettes (de l’association Autour de la Baleine), toutes habitantes du quartier au sens large. Et aussi le désir de confronter notre appréhension de l’espace proche évidemment situé en termes d’âge, de genre, de classe sociale… avec d’autres manières de vivre ce même territoire.

Un groupe de jeunes adultes encadrés par le Claje seront nos interlocuteurs, et nous envisageons de réaliser une cartographie commune.

Le dimanche suivant, des binômes se sont constitués pour explorer le quartier, tous sens à l’affût ! Avec des cartes défis, énigmes et relevés imaginés par les unes et les autres.

Quels sont nos objectifs ?

  • partager un moment convivial, rire et voir autrement notre espace proche grâce à la confrontation avec le regard d’autrui
  • Faire un diagnostic du territoire sur la base d’une analyse partagée : usages, ressources, dysfonctionnements, possibles
  • produire un savoir sur cet espace mais aussi une performance dans et avec l’espace = quelque chose d’hybride, qui mobilise savoirs et savoirs-faire de chacun·e, à la frontière de la géographie, de l’art, de la politique, de la science-fiction

Prochaine étape, en mai : construire cette fameuse carte sensible, avec tous les matériaux accumulés au cours de notre exploration du quartier.


sandrine saule

sandrine saule

Baleinette de la première heure, engagée et amie de la bonne humeur et de l'humour

2 commentaires

Françoise Dubrana · 9 octobre 2021 à 10 h 08 min

Très belle idée ! On aurait presque envie de déménager pour ressentir avec vous votre quartier sensible 😉 Bravo , j’attends la carte…!

    sandrine saule

    sandrine saule · 15 octobre 2021 à 18 h 14 min

    Venez découvrir le résultat samedi 16 octobre après-midi place Rozanoff pour les 50 ans de la bibliothèque.
    On dévoilera en avant-première les rallyes sensibles que nous avons réalisés, à l’issue de l’atelier.

Répondre à Françoise Dubrana Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.